Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Lafage Transactions, Agence immobilière VILLEFRANCHE SUR MER 06230

LA SORTIE DU WEEK-END... (du 21 au 22 décembre 2013)

Publiée le 20/12/2013

FELLAG au Théâtre National de Nice le samedi 21 décembre 2013
"Petits chocs des civilisations"
Je me suis dit « finalement la France, c’est une Algérie française qui a réussi ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fellag coiffe une toque et transforme l’espace en « cooking show », une cuisine gigantesque. Et le voilà qui enseigne l’art de réaliser un couscous inoubliable. Légumes, épices, viandes, semoule… Les odeurs envahissent le théâtre. Fellag fête la fraternité retrouvée entre les goûts et les couleurs, les frontières et les peuples. L’écrivain, comédien, humoriste Fellag cédait récemment aux habitudes franchouillardes. Acheter son journal, le lire au bistrot. Il découvre que le plat préféré des Français est le couscous. Stupéfaction. Les citoyens du pays de la bonne bouffe opteraient pour un plat populaire arabe ? « Un moyen détourné pour nous dire que vous nous aimez enfin ? » Il en a fait le thème de son nouveau spectacle Petits chocs des civilisations. Ici, il s’en prend aux peurs tenaces, aux préjugés à la peau dure qui opposent les Français aux Algériens, l’Orient à l’Occident.

Les problèmes de visas, de voitures ou de drague, comme les clichés assassins et les terreurs profondes, jalonnent les pièces de Fellag, jouées en solo ou avec sa complice Marianne Épin qui met en scène cette leçon de cuisine. Né en 1950 au bord de la mer kabyle, l’acteur et directeur de théâtre Fellag vit en Algérie puis en Tunisie dans les années quatre-vingt-dix. Il signe des portraits hilarants, s’empare de la société algérienne, la fête mais la dépeint sans complaisance. Il s’installe en France en 1996, où les citoyens de souche comme ses compatriotes font un triomphe àDjurdjurassique Bled ou à Tous les Algériens sont des mécaniciens (au Rond-Point en 2009). Il est aujourd’hui une indispensable épice dans le boeuf mironton et s’impose comme le prophète lumineux d’une Algérie débordante d’humour et de tendresse.

Notre actualité